Intoxication ?

Pesticides, alimentation dénaturée, gaz d’échappement, eau contaminée, métaux lourds, amalgames dentaires, pollutions électromagnétiques, traitements médicamenteux…    

 

                                                                               

 15 questions pour faire le point

interview du co-créateur de Transnutrition

 

  1. Qu’est ce qu’une intoxication ?

  2. Quelles sont les conséquences sur la santé d’un organisme « pollué » ?

  3. Comment savoir si mon corps est intoxiqué ?

  4. Comment se passe la circulation des toxines dans le corps ?

  5. Comment le corps se libère t-il des toxines ?

  6. Qu'est-ce que la détoxication ?

  7. À qui s'adresse la détoxication ?

  8. Quelles solutions pour  retrouver un corps sain ?

  9. Pourquoi avoir conçu les remèdes Transnutrition ?

  10. Qu’est-ce qui différencie Transnutrition des autres solutions ?

  11. Quels résultats puis-je attendre ? Quand ?

  12. Qu’arrivera-t-il lorsque j’arrêterai d’utiliser les cures Transnutrition ?

  13. Y a-t-il des effets secondaires ou des contre-indications à l’utilisation des cures Transnutrition ?

  14. Qu’en est-il de l’intoxication au mercure, et peut-on se détoxiquer sans enlever ses amalgames dentaire

  15. Je suis enceinte, les cures Transnutrition sont-elles profitables au bébé ?

REPONSES

  1. Qu’est ce qu’une intoxication ?

C’est l’accumulation de produits toxiques à l’intérieur de l’organisme.

Les toxines exogènes sont issues de l’extérieur et pénètrent dans l’organisme. Les plus courantes, sont les additifs alimentaires, les ingrédients chimiques présents dans les produits d’hygiène corporelle, la fumée de cigarette, les médicaments, etc.

Les toxines endogènes sont des produits qui résultent de notre métabolisme comme l’histamine, l’adrénaline et nombre d’autres. Si elles ne sont pas éliminées par l’organisme, elles peuvent se révéler aussi nocives que les toxines exogènes.

 

  2. Quelles sont les conséquences sur   la santé d’un organisme « pollué » ?

Toutes les substances toxiques et les toxines évoquées vont s’accumuler dans l’organisme. Leurs effets nocifs vont de l’immuno-toxicité, à la perturbation du système endocrinien. Elles  peuvent aussi toucher le système nerveux et surtout le cerveau, les organes vitaux, la respiration cellulaire, ainsi que de nombreuses muqueuses. Certaines de ces substances peuvent même être cancérigènes.

L’accumulation de ces toxines dans certaines parties de l’organisme provoque un ralentissement et une détérioration de l’efficacité des réactions chimiques naturelles, ce qui peut avoir un impact négatif sur toutes les fonctions de l’organisme. Les pathologies qui apparaissent peuvent devenir chroniques, dégénératives et/ou incontrôlables (comme les cancers).

Plusieurs maladies dégénératives sont directement liées à l’incapacité de l’organisme à se débarrasser de ses toxines.

 

  3. Comment savoir si mon corps est intoxiqué ?

Compte tenu de nos modes de vie, nous sommes malheureusement tous concernés par les pollutions mais à des niveaux qui peuvent cependant varier.

L'exposition professionnelle à certaines substances, la consommation de médicaments, les soins dentaires, la présence de lignes haute tension ou de relais de téléphonie dans l'environnement proche sont autant de facteurs susceptibles d'amplifier les facteurs délétères pour la santé humaine et animale.

S'agissant de l'intoxication mercurielle, une liste de symptômes est disponible sur ce site.  

 

 

 

 

4. Comment se passe la circulation des toxines dans le corps ?

Mêlée aux apports nécessaires à la vie, la plupart des toxines provient de l’extérieur du corps. Elles pénètrent l’organisme par les voies digestives (aliments pollués ou peu qualitatifs, café, alcool, sucreries, excès de sel, eau trop calcaire, médicaments donnés au bétail, médicaments chimiques, etc), respiratoires (pollution de l’air, fumées, …) ou cutanées (produits cosmétiques, maquillage, …).

S’ajoute à cela, les toxines internes provoquées par l’usure organique : débris de cellules, cadavres de globules rouges, déchets de protéines, usure des minéraux.

Ce sont aux émonctoires (foie,  intestins, reins, peau, voies respiratoires) que revient la fonction de traitement et d’élimination des déchets.

Si les déchets produits et absorbés quotidiennement restent dans les limites de la capacité d’élimination du corps, la circulation se fait correctement. En revanche, si cette capacité est dépassée, il s’ensuit une accumulation de toxines, avec comme conséquences, des émonctoires engorgés et donc un fonctionnement organique perturbé.

 

  5. Comment le corps se libère t-il des toxines ?

Les émonctoires sont les portes de sortie des toxines.

Le foie : filtre et neutralise les substances toxiques contenues dans le sang et les élimine via la bile dans les intestins.

Les reins : épurent le sang en diluant les toxines qu’ils évacuent dans les urines. En cas de surcharge, une partie des déchets s’accumule dans le filtre et le reste est déposé dans les organes par le sang non épuré.

La peau : compte tenu de sa superficie, elle a un rôle d’élimination important des toxines via les glandes sudoripares (sueurs) et glandes sébacées (sébum)

Les voies respiratoires : éliminent principalement les déchets gazeux issus de la combustion organique. Si le gaz carbonique n’est pas correctement évacué, l’organisme s’asphyxie lentement (personne sédentaire ou espace confiné) A signaler que c’est une des voies préférentielle d’évacuation du mercure.

A chaque fois qu’un émonctoire ne travaille pas assez, les toxines s’accumulent dans le corps et l’empêche de fonctionner correctement.

 

  6. Qu'est-ce que la détoxication ?

D’un point de vue médical, la détoxication est le métabolisme de désactivation et d’excrétion des molécules actives de l’organisme et des xénobiotiques. En d’autres termes, les très nombreuses molécules biologiques actives au sein de l’organisme doivent être catabolisées (transformation qui devrait les rendre inactives) pour cesser leur activité. Il en est de même pour les molécules rentrées accidentellement dans le corps comme les toxiques et autres métaux lourds. La détoxication se passe en deux phases : la première pour rendre les molécules inactives ; la seconde pour rendre ces complexes solubles de façon à être éliminés plus facilement.

L’accumulation excessive de ces substances dans les organes provoque un ralentissement et une détérioration de leur efficacité. Au fur et à mesure que la quantité de toxines augmente, le potentiel de réactivité (mécanisme naturel de défense) de l’individu diminue et sa capacité à s’auto-détoxifier est réduite, entravée voire annulée. C’est alors qu’il devient nécessaire d’aider le corps a retrouver ses fonctions naturelles.

 

  7. À qui s'adresse la détoxication ?

Aujourd’hui, les changements imposés par notre société moderne sont si importants et se produisent à une vitesse tellement accrue que l’organisme humain ne peut plus suivre et cela quel que soit le mode de vie choisi. 

 

Certaines personnes souffrent de symptômes plus ou moins diffus qui font penser qu’ils sont malades sans vraiment l’être. De façon générale, l’adaptation et la préservation de la santé par une détoxication nous concernent tous.

 

  8. Quelles solutions pour  retrouver un corps sain ?

Il existe des solutions de bon sens que tout le monde connaît : alimentation saine, pratique régulière d’une activité physique et cérébrale, environnement non pollué, compléments alimentaires ciblés.

 

Malheureusement, quand le corps est déjà intoxiqué en profondeur, la surcharge toxique devenant trop importante, la qualité des échanges cellulaires diminue et les processus naturels de drainage et d’élimination deviennent inefficaces.

 

La solution passe nécessairement par détoxication poussée MAIS respectueuse de l’écologie du corps : il ne s’agit pas, sous prétexte d’assainir le terrain, de le déminéraliser ou d’éliminer les substances utiles à son bon fonctionnement !

 

  9. Pourquoi avoir conçu les remèdes Transnutrition ?

Pour les raisons que je viens d’exposer.

En tant que praticien de santé pendant 30 ans j’ai été confronté à des patients dont les pathologies ne trouvaient pas de solutions dans le « classique ». Je me suis spécialisé rapidement dans la détoxication des métaux lourds et des amalgames dentaires.

 

L’utilisation des produits existants ne m’a pas donné suffisamment satisfaction, j’ai donc effectué de nombreuses recherches et la rencontre avec un physicien spécialisé dans les poudres métalliques a donné naissance à cette gamme de dynamiseurs nutritionnels. Le fil conducteur de la conception de nos remèdes c’est l’adaptation de l’individu à son environnement.

 

Paradoxalement, pour traiter ce problème moderne, nous avons eu recours à des procédés déjà éprouvés par la médecine traditionnelle, notamment dans l’utilisation des vinaigres. Combinés à des chélateurs naturels comme la zéolite sur laquelle les études scientifiques sont unanimes, ils donnent des résultats extrêmement satisfaisants.

 

 10. Qu’est-ce qui différencie Transnutrition des autres solutions ?

Notre concept novateur est basé sur 3 principes : détoxifier, filtrer et combler les carences.

Les produits transnutrition permettent de créer des filtres temporaires à l’intérieur du corps. C’est pour cela que les produits sont pris sous forme de cures afin de ne pas se substituer au fonctionnement physiologique. Ces cures engagent une adaptation progressive du corps jusqu’à ce qu’il se soit totalement régulé et que la toxicité ait complètement disparu.

 

 11. Quels résultats puis je attendre ? Quand ?

Difficile de généraliser car nous ne sommes pas égaux face aux agressions de notre environnement.

Les résultats dépendent de nombreux facteurs comme le temps d’exposition aux polluants, la qualité l’alimentation, la compétence des émonctoires, le fait d’avoir déjà effectué des cures de détoxication ou pas, etc. 

 

L’activité professionnelle est, elle aussi, un facteur aggravant. Les  secteurs hospitaliers ou dentaires, les métiers du bâtiment, de l’industrie chimique, sidérurgique, du nettoyage,  du traitement du bois mais également les coiffeurs ou les teinturiers des pressings, etc représentent des sources d’intoxication particulièrement sensibles.

Les résultats et la nécessité de renouveler périodiquement les cures sont fonction de chacun selon ses habitudes ou ses contraintes de vie.

 

 12. Qu’arrivera-t-il lorsque j’arrêterai d’utiliser les cures Transnutrition ?

Grace à leurs modes d’action particuliers, les produits ne sont pas à prendre à vie mais tant que le corps n’a pas fini son adaptation et qu’il n’est pas capable de filtrer de façon autonome.

 

    L’idée générale est la suivante :

  • Prendre le filtre spécifique à la toxicité que l’on veut supprimer

  • Eduquer le corps par des cures successives

  • Abandonner progressivement le traitement en espaçant les cures au fur et à mesure de l’adaptation du corps

Donc pour résumer, après les cures le corps utilise de façon optimale les bienfaits de l’alimentation et profite mieux des compléments alimentaires que la personne prend habituellement. 

 

 13. Y a-t-il des effets secondaires ou des contre-indications à l’utilisation des cures Transnutrition ?

 

Il est capital de bien considérer qu’on ne peut pas souhaiter changer une situation ou un état sans que rien ne se passe.

 

Quand on détoxifie un organisme les toxines et toxiques sortent. Avant d’être évacuées hors du corps par les émonctoires, ils sont susceptibles de provoquer des effets déplaisants.

 

Par conséquent les désordres intestinaux, par exemple, ne sont pas indésirables mais inhérents au « nettoyage » profond du système. Pas de contre-indications sauf  pour les femmes enceintes qui souhaiteraient se dépolluer du mercure ou faire déposer leurs amalgames dentaires !

Comme je l’ai dit plus haut (quest.n°8), mieux vaut préserver le fœtus et attendre la naissance de l’enfant.

 

 14. Qu’en est-il de l’intoxication au mercure, et peut-on se détoxiquer sans enlever ses amalgames dentaires ?

 

Oui on peut, bien entendu.

 

Mais, le sujet est très complexe et doit faire l’objet d’une vision globale où interviennent de nombreux paramètres qu'il faut gérer au cas par cas.

Il faut tenir compte de l'environnement (eau, air) mais aussi des soins dentaires présents, en cours ou à faire.

 

Et surtout ne rien entreprendre pendant une grossesse.

 

  15. Je suis enceinte, les cures Transnutrition sont elles profitables au bébé ?

Pour être évacuées hors du corps, les toxines doivent gagner les émonctoires. Ce cycle de nettoyage passe par le sang de la future mère qui est aussi celui du fœtus. Quand la femme enceinte fume, boit de l’alcool, prend certains médicaments ou se fait soigner les dents (anesthésies), le bébé peut en pâtir.

 

Sur le même principe, lorsque la mère a une bonne hygiène de vie et se détoxifie, elle préserve la santé de l’enfant. Seule réserve, je déconseille vivement la détoxication du mercure ou les déposes d’amalgames dentaires pendant les périodes de grossesse et d’allaitement. Le mercure passant trop facilement la barrière placentaire, il aurait trop tendance à se fixer sur les organes du futur nouveau-né.