Les 10 plus gros mensonges sur la nutrition Source : santé-nutrition.org

 

Lorsqu’on entend parler de nutrition, tout le monde croit savoir ce qui est bon ou mauvais pour la santé, et comment faire pour perdre du poids. Supprimer les graisses, manger des féculents pour réduire sa sensation de faim, etc.

 

Autant de fausses idées reçues et solidement ancrées dans nos têtes !

 

En voici les 10 principales…

 

1. «Le petit déjeuner idéal : une tartine, un jus d’orange et un laitage»

Voici les recommandations officielles des années 2000 pour bien débuter la journée !

On retrouve une variante de ce mythe sur les boîtes de céréales, qui martèlent aux enfants que leur petit déjeuner idéal se composera d’un bol de céréales avec du lait (pour le calcium) et un jus d’orange (pour les vitamines).Faux, archi-faux sur toute la ligne !Ces petits-déjeuners sont des bombes à sucre qui entraîneront un pic d’insuline et donc inévitablement une hypoglycémie responsable de la fringale et du fameux coup de pompe de 11h !

Sans oublier une prise de poids sous forme de mauvaises graisses.Le lait contient du lactose et d’autres substances nocives pour la santé et le jus d’orange consommé par la plupart d’entre nous n’est pas du pur jus pressé mais de la boisson achetée en brique qui contient très peu de vitamines et beaucoup de sucre !

A l’Université de Kansas pour la diététique et la science de la nutrition, des chercheurs ont publié une étude (février 2010), démontrant qu’un petit déjeuner doit au contraire être riche en protéines. Ceci rejoint la théorie selon laquelle : manger des protéines, des bonnes graisses et des glucides à index glycémique bas au petit-déjeuner stabilisera votre taux de sucre sanguin et augmentera ainsi votre énergie, évitera les grignotages intempestifs et la prise de poids.

 

2. Le lait est bon pour les os

Il n’existe pas la moindre preuve que le lait rende les os solides et prévienne les fractures, et c’est même le contraire qui vient d’être démontré par une nouvelle étude de Harvard. Cette étude prouve que les risques de fracture de la hanche chez les femmes ne dépendent en aucun cas du nombre de laitages ingérés durant l’adolescence. De plus, les hommes consommant beaucoup de lait durant leur adolescence présentent un risque augmenté du cancer de la prostate (cf étude réalisée dans l’American Journal of Epidemiology en 2012).Les produits laitiers ne sont pas nos "amis pour la vie ". Leur promotion est le résultat de lobbies industriels et est donc une question de business uniquement. Il vaut mieux les consommer avec modération si l’on veut rester en bonne santé.

 

3. Les aliments allégés sont bons pour la santé

Beaucoup d’entre nous pensent que supprimer les graisses est le meilleur moyen de perdre du poids. Faux !Un aliment auquel on a enlevé toutes les graisses n’est pas du tout gustatif. Les industriels de l’agro-alimentaire le savent et ajoutent d’autres choses pour compenser le manque de gras.

 

En général ce sont des sucres (sucre, sirop de glucose-fructose, ou des édulcorants artificiels). Ces aliments augmentent donc le taux de sucre sanguin et s’ensuit toute la chaîne liée à une production accrue d’insuline.Les graisses, au contraire, donnent une sensation de satiété durable, car elles restent plus longtemps dans l’estomac pour êtres digérées par les sucs gastriques. Il est donc plus difficile de maigrir quand on mange des produits allégés en graisses.

 

4. Les œufs sont mauvais pour la santé

Certains diététiciens diabolisent l’un des meilleurs aliments, à savoir l’œuf. Il est, selon eux, dangereux, car riche en cholestérol.Certes, le jaune d’œuf contient 212 mg de cholestérol, ce qui est beaucoup par rapport à d’autres aliments. Mais, on sait maintenant que le cholestérol alimentaire n’augmente pas le taux de cholestérol sanguin. Celui-ci est en effet fabriqué en majorité par le foie, donc à partir du sucre !Une étude de grande envergure, portant sur 4 millions de personnes, est encore parue récemment dans le British Medical Journal, et a de nouveau conclu que manger un œuf par jour n’augmente en rien le risque de maladies cardio-vasculaires et peut même baisser le risque d’AVC, sauf pour les personnes diabétiques.Notons encore que le jaune d’œuf est riche en lutéine et zéaxanthine, deux antioxydants qui protègent contre la cataracte et la dégénérescence maculaire.

 

5. Manger des protéines est mauvais pour les reins

Les régimes hyper-protéinés sont dangereux pour la santé, mais, à juste dose, les protéines sont très utiles pour la santé.

 

Sur le long terme, manger des protéines donne des os plus solides et diminue fortement le risque de fractures, d’après un travail effectué récemment par des chercheurs de l’université du Connecticut.Concernant le risque pour les reins, souvent invoqué, il ne s’agit que d’un mythe. Plusieurs études scientifiques n’ont montré aucun lien entre les régimes riches en protéines et les problèmes de reins sur les personnes en bonne santé. Une situation à ne pas confondre avec les personnes souffrant d’insuffisance rénale, chez qui il est en effet démontré qu’une diminution des apports en protéines préservait mieux la fonction rénale déclinante.N’ayez donc plus peur des protéines, mais accompagnez-les de légumes en quantité suffisante pour neutraliser leur effet acidifiant.

 

6. Les huiles végétales sont les meilleures

On entend souvent que les huiles végétales, riches en acides gras polyinsaturés (oméga), sont bonnes pour la santé car elles diminuent le risque de maladies cardio-vasculaires.

Il y a un gros malentendu : tous les acides gras polyinsaturés ne se valent pas. En effet, les oméga 6 ont un effet inflammatoire, tandis que les oméga 3 sont des anti-inflammatoires.

Pour rester en bonne santé, nous avons besoin des deux types d’oméga, et ceci de façon proportionnelle. Il nous faut 2 à 4 fois plus d’oméga 6 que d’oméga 3. Or, l’alimentation moderne est beaucoup plus riche en oméga 6 (présents dans l’huile de tournesol et d’olive) qu’en oméga 3 (huile de lin, de colza et huiles de poisson), ce qui explique en partie, la hausse des maladies cardiaques. On remarque que le rapport oméga 3/oméga 6 de notre alimentation quotidienne est de 1/20 ou même 1/30 !

Il faut donc augmenter considérablement notre consommation d’oméga 3 et essayer de diminuer notre consommation d’aliments contenant des oméga 6. Mais attention, les acides gras polyinsaturés sont très instables, s’oxydent facilement et deviennent donc toxiques et nuisibles pour la santé. Cette oxydation se produit lorsque les huiles sont stockées dans des bouteilles transparentes exposées à la lumière ou quand elles sont chauffées. Ne cuisez donc pas vos aliments avec de l’huile de lin ou de colza et envisagez un complément en capsules d’huile de poisson (très riches en oméga 3).

 

7. Les graisses saturées sont mauvaises

Depuis les années 60, on clame que les graisses saturées sont responsables des maladies cardio-vasculaires. Mais une très grande revue d’articles scientifiques publiée en 2010 a conclu à l’absence de relation entre les graisses saturées et les maladies cardiaques.

Il n’y a donc pas de raison de se priver des viandes grasses, de beurre ou de crème (si on ne présente pas d’intolérance au lactose). Ces aliments doivent être consommés avec modération mais ne doivent pas être bannis de notre alimentation car ils donnent un sentiment de satiété en mettant plus de temps à être digérés que les protéines et les glucides. 

 

8. Tout le monde doit manger des céréales

L’idée que l’être humain doit baser son régime sur les céréales est absurde ! Cette idée vient de la révolution agricole qui a eu lieu il y a quelques années mais pourtant nos gènes n’ont pas changé depuis ! L’homme moderne n’est ni plus ni moins qu’un chasseur-cueilleur en costume-cravate ! Son tube digestif n’a pas changé et il n’est pas fait pour digérer de grandes quantités de céréales. 

Le gluten est difficilement assimilé par les intestins et entraine donc une multitude de symptômes tels que ballonnements, migraines, fatigue, inflammation des articulations, etc… Les régimes sans gluten sont actuellement à la mode chez les stars et leurs bienfaits sont scientifiquement prouvés. 

Réduire les céréales et tous les produits contenants du gluten est excellent pour la santé, à condition de remplacer les calories perdues par une consommation accrue de fruits et légumes, aliments riches en nutriments et vitamines essentielles.

 

9. Le sucre est mauvais uniquement parce que ce sont des calories vides

Beaucoup de personnes pensent que le sucre est mauvais car ce sont des calories vides. Il est vrai que le sucre est pauvre en nutriments essentiels mais le problème va bien au-delà !

Le sucre de table, appelé saccharose par les spécialistes, est composé d’une molécule de fructose et d’une molécule de glucose. Le fructose est un mauvais sucre et, au lieu d’être utilisé (comme le glucose) pour donner de l’énergie aux cellules du cerveau, il est métabolisé par le foie qui le transforme en tryglycérides (cholestérol),  graisses qui circulent dans le sang et augmentent les risques de maladies cardiaques.

Manger beaucoup de fructose provoque une résistance à l’insuline, dont découlent plusieurs symptômes comme la fatigue, les chutes d’énergie, les envies de grignotage… et à terme des problèmes de poids et du diabète. 

On peut donc affirmer que notre cheval de bataille pour lutter contre la prise de poids est bel et bien le sucre et non les graisses. Il est malheureusement bon marché et est un des ingrédients les plus utilisé par l’industrie agro-alimentaire. Pensez donc à manger un minimum de produits préparés et préférez toujours les aliments non transformés, même s’ils demandent un peu plus de temps de préparation. 

 

10. Le gras rend gras

Cela parait évident à presque tout le monde que le gras rend gras !

Nous pensons dur comme fer que manger de la graisse augmente cette chose disgracieuse qui s’accumule sous notre peau et qui nous rend gros et mou…

Mais ce n’est pas si simple. Certes les graisses contiennent plus de calories par gramme que les glucides et les protéines. Mais d’un autre côté nous en consommons naturellement moins car elles provoquent un rapide sentiment de satiété. Ce n’est pas le cas du sucre, que nous pouvons consommer en quantités énormes sans nous en apercevoir, surtout lorsque nous l’absorbons sous forme d’aliments qui n’ont pas un goût sucré tels que le pain, les pâtes, etc.

Les graisses diminuent également la vitesse d’absorption du sucre dans le sang, ce qui est indispensable pour réduire les pics d’insuline responsables de toutes prises de poids.

 

Je ne le répèterai jamais assez : chassez le sucre et non le gras de votre alimentation… et vous verrez ainsi l’aiguille de votre pèse-personne revenir tranquillement vers votre poids normal, sans rien faire d’autre !

Vous remarquez ainsi à quel point de nombreuses fausses idées sur la nutrition sont ancrées depuis longtemps dans notre cerveau.

 

La faute aux industries alimentaires ou pharmaceutiques ?

Sûrement ! Mais il n’est pas trop tard pour changer notre vision des choses !

 

Source: santé-nutrition.org